Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

    Musée de Curiosités:


Le monde ne mourra jamais de manque de merveilles

mais de manque d'émerveillement.


Raymond Devos

 

 

 

 

Ange:

Nous abritons un ange que nous choquons sans cesse.

Nous devons être les gardiens de cet ange.


Jean Cocteau

 

Les ailes du désir

Les Ailes du Désir, Wim Wenders

 

 


Chacun de nous est un ange pourvu d'une seul aile.

C'est pourquoi nous ne pouvons voler qu'en nous tenant embrassé.


Luciano de Crescenzo

 


 

Araignée:

Quelques gouttes de rosée sur une toile d'araignée et voilà une rivière de diamants.


Toile d'araignée

Une petite main noire et poilue, crispée sur des cheveux.

Toute la nuit, au nom de la lune, elle appose ses scellés.


Jules Renard

 

 

 

Arc-en-ciel:

Mon opinion, c'est que si on veut un arc-en-ciel,

il faut bien accepter la pluie.


Dolly Parton

 

arc.jpg

Aan

https://picasaweb.google.com/anyaviajes

 

 

 

 

Aube:

Les guêpes fleurissaient vert

L'aube se passe autour du cou

Un collier de fenêtres

Des ailes couvrent les feuilles

Tu as toutes les joies solaires

Tout le soleil sur la terre

Sur les chemins de ta beauté.

 

Paul Eluard, J'ai un visage pour être aimé

 

 

paul-klee-expressioniste-couleur-150x150.jpgKlee

 

 

 

 

Baignade:

Exaltation de l'enfance: combien d'années passons-nous à oublier cette passion que nous insufflions à toute activité qui promettait du plaisir? De quel engagement total ne sommes-nous plus capables, de quelle liesse, de quelles envolées de lyrisme charmant? Il y avait dans ces journées de bains tant d'exultation, tant de simplicité...

[...] Doux calvaire, le plus doux de tous: quiconque a passé des étés au bord de la mer connaît cela, cette exaspérante nécessité de rentrer, de quitter l'eau pour la terre, de supporter le désagrément de redevenir lourd et suant; qui connaît cela, l'a exécré et s'en souvient, en d'autres temps, comme d'un moment béni.

Rituels de vacances, sensations immuables: un goût de sel au coin des lèvres, les doigts fripés, la peau chaude et sèche, les cheveux collés qui gouttent encore un peu dans le cou, la respiration courte, que c'était bon, que c'était facile...

 

Muriel Barbéry, Une gourmandise

 

baignade.jpg

Aan

https://picasaweb.google.com/anyaviajes

 

 


 

Bulle de savon:

La bulle de savon est un morceau des cieux,

C'est comme un arc-en-ciel de poche.


Franc Nohain


bulleAkinom Agruj

https://picasaweb.google.com/109378017122539533062

 

 

 

 

 

Casseroles:

Si j'avais de belles casseroles en cuivre, je les accrocherais tout comme, et ça produirait le sentiment que le monde n'est pas si laid, qu'il y a parfois de petites dorures, et qu'au fond, la vie, ce n'est rien d'autre que la recherche de ces miettes d'or.

 

Les âmes grises, Philippe Claudel

 

 

Casseroles_cuivre_Vaux.jpg

 

 

 

 

 


Cerisier:

Un après-midi de Kyoto

dans l'espace d'un cerisier

me voici hissé tout en haut

de l'ivresse d'exister.

 

René Depestre

 

ceriser.JPGAan

https://picasaweb.google.com/anyaviajes

 

 

 

 

 

Chat:

Dieu a inventé le chat pour que l'homme ait un tigre à caresser chez lui.


Victor Hugo


Musee-de-curiosites-5494aa2.jpg   Akinom Agruj

https://picasaweb.google.com/109378017122539533062

 

 

 

 

Collier:

Moi qui frémissais

Toujours je ne sais

De quelle colère

Deux bras ont suffi

Pour faire de ma vie

Un grand collier d'air.

 

Aragon

 

bilal-1.jpgBilal

 

 

 

 

Déserts:

Les jolis noms du désert...

L'Aajei

le Haboub

l'Arifi

le Ghibli

l'Africo

le Bist Roz

le Kahmsin

l'Harmattan

l'Imbat

le Nafhat

le Beshabar

le Datou

le Samiel

le Mezzar-Ifouloussan

 

Désert

 


 

 

Etoile:

Il y a dans le ciel, une étoile qui brille pour chacun de nous,

mais assez éloignée pour que nos erreurs ne viennent jamais la ternir.


Christian Bobin

 

 

Etoile

 

 

 

 

Fleur:

Dans la cuisine, des roses minuscules, adorables.

Deux sont en grande conversation, appuyées l'une sur l'autre.

Quand je quitte l'appartement,

je les regarde et j'ai la sensation de partir en laissant la lumière.


Christian Bobin

 

lys

 

 

 

 

Fruit:

Nous habiterons un discret boudoir,

Toujours saturé d'une odeur divine,

Ne laissant entrer, comme on le devine,

Qu'un jour faible et doux ressemblant au soir. [...]

Quand nous aurons faim, pour toute cuisine,

Nous grignoterons des fruits de la Chine,

Et nous ne boirons que dans du vermeil.

 

Nouveau, "Sonnets d'été"

 

Fruit du dragon

 

 

 

 

 

Guirlande:

J'ai tendu des cordes de clocher à clocher

Des guirlandes de fenêtre à fenêtre,

Des chaînes d'or d'étoile à étoile,

Et je danse.


Rimbaud

 

Guirlande enchantée

 

 

 

 

 

Jade:

Etre un fragment de jade plutôt qu'une tuile d'argile entière.


(Proverbe chinois)

  Green-Jade-Bangle-Bracelet.jpg

 

 

 

Jambes:

Les jambes des femmes sont des compas

qui arpentent le globe terrestre en tous sens,

lui donnant son équilibre et son harmonie.


François Truffaut, L'homme qui aimait les femmes


jambesAkinom Agruj

https://picasaweb.google.com/109378017122539533062

 


 

 

 

Jardin:

Un petit jardin pour se promener, et l'immensité pour rêver. A ses pieds ce qu'on peut cultiver et cueillir; sur sa tête ce qu'on peut étudier et méditer; quelques fleurs sur la terre et toutes les étoiles dans le ciel.


Victor Hugo, Les Misérables


1900jardin_monet_iris.jpgMonet, Le jardin de Giverny

 

 

 

 

 

Herbe:

[...] A nouveau la vitre ouverte sur l'hésitation pâle du soleil

Et dans l'herbe nouvelle

le sursaut de vivre.

 

Véronique Joyaux, Lampe votive 

 

herbe

 

 

 

 

 

Lettre:

Je range mes lettres comme des papillons... comme des pages de lumière vivante qui battent des ailes dans mes tiroirs.


D. Sampiero

 

 

Chopin - Sand450-1f4d5

lettre d'amour écrite par Frédéric Chopin à Georges Sand

2 décembre 1844

 

 

 

 

 

 

Livre:

Reposer le livre
à la page où l'on s'endort
celle où l'on reviendra demain
Avec les mots construire la route
celle qui mène au-delà de soi-même
dans un monde offert et doux.

 

Véronique Joyaux


Rebecca-Dautremer--Kerity-et-la-maison-des-contes.jpgRebecca Dautremer, Kérity et la maison des contes


 

 

Lune:

Cette fauscille d'or dans le champ des étoiles. 


Victor Hugo

 

 

lune

 

 

 

 

Maison:

Parce que seul le mouvement m'interesse, je veux que ma vie ressemble à ces maisons tropicales, à ces architectures nomades, où le vent, l'air et l'eau circulent librement.


Michaël Ondaaje



cabane.jpg

Graines de cabanes, Philippe Lechermeier et Eric Puybaret

 

 

"[...] Même qu'on se dit souvent

Qu'on aura une maison

Avec des tas de fenêtres

Avec presque pas de murs

Et qu'on vivra dedans

Et qu'il fera bon y être

Et que si c'est pas sûr

C'est quand même peut-être [...]"


Jacques Brel, "Ces gens-là"

 


 

 

Main:

Paume, doux lit froissé

Où des étoiles dormantes

Avaient laissé des plis

En se levant vers le ciel.

 

Rilke

 

Main

 

  Jamais décontenancée jamais surprise est-ce ta main

Qui jure sur chaque feuille la paume au soleil

Le prenant à témoin est-ce ta main qui jure

De recevoir la moindre ondée et d'en accepter le déluge

Sans l'ombre d'un éclair passé

Est-ce ta main ce souvenir foudroyant au soleil.


Eluard

 

 

 

Mer:

Elle est retrouvée.

Quoi? - L'éternité.

C'est la mer allée

Avec le soleil.


Rimbaud

 

PICT0097

Lever de soleil à Doc Let (Vietnam) , octobre 2008

 

 

Tu ne sauras pas jouir des beautés du monde tant que la mer ne coulera pas dans tes veines,

tant que tu ne seras pas vêtu de l'étoffe du ciel et couronné d'étoiles.

 

 

 

 

 

Mots:

Juste un mot sur la page blanche 

Est-ce trop demander

Un mot subtilement choisi

qui l'éclabousse toute entière

et se répand comme l'encre de Chine

Juste un mot pour résumer le monde

et ce qui lui reste de beau.


Véronique Joyaux, Lampe votive 

 

 

motsmanuscrit d'Arthur Rimbaud

 

 

 


Oiseau:

Chaque oiseau a la couleur de son cri. 


Malcolm de Chazal


Oiseau-cardinal

 

 

 

 

Or:

Nous étions deux et nous venions de vivre

Une journée d'amour ensoleillée

Notre soleil nous l'embrassions ensemble

La vie entière nous était visible

 

Quand la nuit vint nous restâmes sans ombre

A polir l'or de notre sang commun

Nous étions deux au coeur du seul trésor

Dont la lumière ne s'endort jamais.

 

Paul Eluard, J'ai un visage pour être aimé


 

Klimt GustavKlimt, L'Arbre de Vie

 

 

 

Papillon:

  • "Lendemain de chenille en tenue de bal" (Saint-Pol Roux)
  • "Ce billet doux plié en deux cherche une adresse de fleur" (Jules Renard)

 

 

wallpaper-papillon-bleu

 

Tout le mal de cette vie provient d'un défaut d'attention à ce qu'elle a de plus éphémère.

 

Bobin

 

 

 

Pluie:

Savez-vous ce que c'est une pluie d'été? D'abord la beauté pure crevant le ciel d'été, cette crainte respectueuse qui s'empare du coeur, se sentir si dérisoire au centre même du sublime, si fragile et si gonflé de la majesté des choses, sidéré, happé, ravi par la munificence du monde.

Ensuite, arpenter un couloir et soudain, pénétrer une chambre de lumière. Autre dimension, certitudes juste nées. Le corps n'est plus une gangue, l'esprit habite les nuages, la puissance de l'eau est sienne, des jours heureux s'annoncent, dans une nouvelle naissance.

Puis, comme les pleurs, parfois, lorsqu'ils sont ronds, forts et solidaires, laissent derrière eux une longue plage lavée de discorde, la pluie, l'été, balayant la poussière immobile, fait à l'âme des êtres comme une respiration sans fin.

Ainsi, certaines pluies d'été s'ancrent en nous comme un nouveau coeur qui bat à l'unisson de l'autre. 


Muriel Barbéry, L'élégance du hérisson


 

Pluie

   

L'averse semble maille à maille

Tisser la terre avec le ciel.


Henri de Régnier

 

 

 

 

Rire:

La joie que nous inspirons a cela de charmant que, loin de s'affablir comme tout reflet, elle nous revient plus rayonnante.

[...] Le rire, c'est le soleil; il chasse l'hiver du visage humain.


Victor Hugo, Les Misérables

 


P1000084.JPG 

 

 


 

Rizière:

 

Mer aux nuances d'émeraude, de kiwi et d'herbe fraîchement coupée.


Minh Tran Huy

 

 

 

PICT0125

Rizières de Sapa (Vietnam), aout 2007


 

 

 

Sashimi:

Ce qui franchit ainsi la barrière de mes dents, ce n'était ni matière ni eau, seulement une substance intermédiaire qui de l'une avait gardé la présence, la consistance qui résiste au néant et à l'autre avait emprunté la fluidité et la tendresse miraculeuses.

Le vrai sashimi ne se croque pas pas plus qu'il ne fond sur la langue. Il invite à une mastication lente et souple, qui n'a pas pour fin de faire changer l'aliment de nature mais seulement d'en savourer l'aérienne moellesse. Oui, la moellesse: ni mollesse ni moelleux; le sashimi, poussière de velours aux confins de la soie, emporte un peu des deux et, dans l'alchimie extraordinaire de son essence vaporeuse, conserve une densité laiteuse que les nuages n'ont pas.

[...] C'est cela le sashimi - un fragment cosmique à portée du coeur.

 

Muriel Barbéry, Une gourmandise

 

sashimi

 

 

 

Soleil:

Le jour se lève

Je pourrais l'engloutir

boire le lumière à la source

croquer un grain de soleil.

 

Bernard Friot

 

 

lever de soleil

 

 

L'aurore brillante et vermeille

Prépare le chemin au soleil qui la suit;

Tout rit aux premiers traits du jour qui se réveille.

 

Racine

 

Vietnam 294

 

Le soleil qui court sur le monde

J'en suis certain comme de toi

Le soleil met la terre au monde.

 

Eluard

 

 

 

Tatouage:

Le tatouage est une manière d'arrêter le temps, d'ancrer une fidélité à des moments dont on ne veut pas oublier qu'ils furent décisifs dans la construction de soi.


M.A. Descamps

 

 

 

  Tatouage.JPG

 

"Désir éperdu d'exister jusqu'à l'incandescence."

 

 

 

 

Thé:

Je sers le thé et nous le dégustons en silence. Nous goûtons comme nous l'eussions fait d'un nectar précieux le don merveilleux de cette matinée où les gestes machinaux prennent un nouvel essor, où humer, boire, reposer, servir encore, siroter, revient à vivre une nouvelle naissance.

Ces instant où se révèle à nous la trame de notre existence, par la force d'un rituel que nous reconduirons avec plus de plaisir encore de l'avoir enfreint, sont des parenthèses magiques qui mettent le coeur au bord de l'âme, parce que fugitivement mais intensément, un peu d'éternité est soudain venu féconder le temps. Au dehors, le monde rugit ou s'endort, les guerres s'embrasent, les hommes vivent et meurent, des nations périssent, d'autres surgissent qui seront bientôt englouties et, dans ces éruptions et ces ressacs, tandis que le monde va, s'enflamme, se déchire et renaît, s'agite la vie humaine. Alors, buvons une tasse de thé.

Comme Kakuzo Okakura, je sais que l'art du thé n'est pas un breuvage mineur. Lorsqu"il devient rituel, il constitue le coeur de l'aptitude à voir de la grandeur dans les petites choses.

Où se trouve la beauté? Dans les grandes choses qui, comme les autres, sont condamnées à mourir, ou bien dans les petites qui, sans prétendre à rien, savent incruster dans l'instant une gemme d'infini?

Le rituel du thé, cette reconduction précise des mêmes gestes et de la même dégustation, cette accession à des sensations simples, authentiques et raffinées, cette licence donnée à chacun, à peu de frais, de devenir un aristocrate du goût parce que le thé est la boisson des riches comme celle des pauvres, le rituel du thé, donc, a cette vertu extraordinaire d'introduire dans l'absurdité de nos vies une brèche d'harmonie sereine. Oui, l'univers conspire à la vacuité, les âmes perdues pleurent la beauté, l'insignifiance nous encercle. Alors, buvons une tasse de thé.Le silence se fait, on entend le vent qui souffle au dehors, les feuilles d'automne bruissent et s'envolent, le chat dort dans une chaude lumière. Et dans chaque gorgée se sublime le temps.

Le camélia sur la mousse du temps, le violet des monts de Kyoto, une tasse de porcelaine bleue, cette éclosion de la beauté pure au coeur des passions éphémères, n'est-ce pas ce à quoi nous aspirons tous? Et ce que nous autres, civilisations de l'Ouest, ne savons atteindre?

La contemplation de l'éternité dans le mouvement de même de la vie.


Muriel Barbéry, L'élégance du hérisson

 

Thé

 

 

 

Tilleul:

Un tilleul qui embaume dans la fin du jour, c'est un ravissement qui s'imprime en nous de manière indélébile et, au creux de notre joie d'exister, trace un sillon de bonheur que la douceur d'un soir de juillet à elle seule ne saurait expliquer.

A humer à plein poumons, dans mon souvenir, un parfum qui n'a plus effleuré mes narines depuis longtemps déjà, j'ai compris enfin ce qui en faisait l'arôme; c'est la connivence du miel et de l'odeur si particulière qu'ont les feuilles des arbre, lorsqu'il a fait chaud longtemps et qu'elles sont empreintes de la poussière des beaux jours, qui provoque ce sentiment, absurde mais sublime, que nous buvons dans l'air un concentré de l'été.

 

Muriel Barbéry, Une gourmandise

 

tilleul2.jpg

 

 

 


Ver Luisant:

Cette goutte de lune dans l'herbe... 


Jules Renard


ver luisant

 

 

 

 

 

 


 


Partager cette page

Repost 0
Published by