Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

PALETTE

 

- textes de Noëmie Joyaux

 

 

 

Bleu

 

Ciel de petit matin d'été,

Rêves d'Essaouira et de Nouméa,

Eau tranquille des piscines que l'on fend de la pointe du corps.

Le bleu a une couleur de soleil.

 

 

 

 

Blanc

 

Un concentré de torrents et de rivières

de neige et de glace

d'écume et de sel.

Les nuances que la nature choisit à ses robes

quand elle est d'humeur sauvage.

 

 

 

Vert

 

Je ferme les yeux et ce sont toujours les rizières que je vois.

Une couleur de paix et de lumière

que je passe en alliance de jade à mes poignets.

 

 

 

Orange

 

Une belle enflammée qui offre son cou aux morsures de l'hiver,

que le baiser du froid apaise

la brûlure de sa peau de soleil,

  l'acidité qui court dans ses veines.

 

 

 

Gris

 

L'ombre que la terre dépose sur le ciel de ses paupières,

les jours de rage et de tempête.

 

 

 

Doré

 

La couleur que prennent mes jours

sous la caresse des feuilles d'or

qu'il dépose en corolles sous mes pas

pour que ma marche soit plus douce

  et mon  voyage

solaire.

 

 

 

Violet

 

Une belle au sang mêlé

qui ne sait laquelle choisir de ses deux lignées.

Dans des rayons de crépuscule elle tisse

les liens cassés de ses pourpres et de ses orangés

avec des bleus-nuit piqués d'étoiles.

 

 

 

Turquoise

 

Lorsque le bleu et le vert s'étreignent

pour avoir moins froid.

 

 

 

Rose

 

Parfum poivré de fleur ouverte,

toucher de soie et de pétale,

saveur épicée de sucrerie orientale;

le rose est une robe sage que l'on enfile sur la peau nue,

dans un frisson sensuel fait de douceur et d'épines.

 

 

 

Jaune

 

De la terre, on oublie le feu des étoiles,

la couleur chaude du soleil.

Le jaune,

c'est la flamme rendue aux astres,

l'allumette offerte au regard

pour se rappeler les lueurs oubliées.

 

 

 

Rouge

 

Des lèvres serties de pigments rouges au sang qui palpite dans les veines,

de la chair des groseilles au rougeoiement de la braise,

on en revient toujours à la morsure;

à la chaleur du baiser que l'on veut raviver

pour imprimer sur ses lèvres

un goût éphémère et filant de vie.

 


 


 


Partager cette page

Repost 0
Published by