Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

Pour Audrey, qui parmi ses nombreux cadeaux  m'a offert un jour son cahier de mots précieux et m'a inspirée celui-ci.....

 

  papillons.jpg

 

 

 

Mots de collection

 

flamboyant-rocambolesque-frétiller-plume-mignonnette-cache-coeur-île-croquignol-lune-tintinnabuler- pépite-minuscule-abracadabra-hululer-gouttelette-pistil-figue-fleur-pamplemousse-cardamome-croustillant-futile-délicatement-subtil-lys-capharnaüm-saperlipopette-fulminer-falbalas-batifoler -sublime-chuchotement-quolifichet...

 

 

 

 

"coquillette":

Une minuscule madeleine dorée

 préservée à  l'ombre d'une enfance en fleurs.

Souvenirs d'une famille assise en cercle sous un anneau de lumière,

  de dimanches soirs rendus plus tendres

au contact des petits sourires ensoleillés qui s'égrainaient dans les assiettes.

 

 

 

"myrtille":

Un mot qui roule sur le palais comme une perle violine

au goût précieux d'enfance et de sous-bois.

  Images furtives de robes blanches tâchées

et de sourires en améthyste.

 

 

 

"mirabelle":

Il y a un brin de miracle dans ce mot-là : 

  une échappée belle vers l'été

et la sensation délicieuse de goûter de la pointe des dents

un petit bout de soleil confit.

 

 

 

"chocolatine":

  Un mot-ruban de soie

  qui habille le simple pain au chocolat  

en mets fin et précieux.

     Feuilles d'or et petit lingot noir.

 

 

 

"citrouille":

Un nom un peu brouillon 

  qui prêterait presque à rire

  s'il ne cachait entre ses fibres

sous une peau de soleil couchant

des graines de carosses

pour les rêveuses en fuite

  et les fragiles aux pieds nus.

 

 

 

"rutabaga":

Il doit se cacher entre ces "a" une éthymologie de sorcellerie scandinave.

  Le souvenir d'un sortilège ancien

crié les nuits de pleine lune

par des belles de nuit en vol

au-dessus des champs en sommeil.

 

 

 

"sucre":

Un souffle de douceur

qui s'achève sur une note gourmande,

en crissant comme un diamant de saccharine sous la dent.

 

 

 

"papilles":

Comme d'infimes papillons déployant leurs ailes sur les pistils de nos bouches

pour recueillir les nectars

que nous choisissons de butiner.

 

 

 

"kiwi":

Un nom de fruit aux échos de pierre précieuse.

  L'image furtive de petits diamants noirs

qui se sertissent entre les dents

  et d'une émeraude fondante

qui se dissout sur la langue.

 

 

 

"chanterelle":

Prénom d'une petite fée à chapeau 

  guettant les premières lueurs automnales pourcharmer les cueilleurs

qui sauront baisser les yeux et ployer les genoux 

devant leur corps de brindille

au parfum de fougère.

 

 

 

"bruisser":

Un mot-boite à musique 

 sur lequel poser l'oreille pour écouter

la respiration du vent dans les feuilles

le premier souffle des bourgeons

et les frissons de sève qui palpitent sous les nervures.

Battements de coeur d'une forêt.

 

 

 

"scintiller":

Un mot qui raconte une averse chaude de soleil,

le bruit de gouttes ambrées,

qui tombent en paillettes d'or sur la peau.

 

 

 

"or":

Une première lettre en forme de pépite pour attiser les yeux

Un fragment d'aurore pour nous faire rêver de lumière

  La dureté d'une consonne pour clore les lèvres, qui avidemment se tendent

Un son bref pour rappeler que les trésors ne durent pas,

que tout ce qui brille

est plus au bout de nos cils

qu'au bout de nos doigts.

 

 

 

"allumette":

Pour les faire étinceler,

soufflez ces lettres comme une formule magique

en vous donnant un court instant le pouvoir

de rallumer les petites âmes

qui autour de nous se sont éteintes.

 

 

 

"eau":

Etrange alchimie de lettres en forme de gouttes et de vague

qui se diluent pour devenir voyelle,

ronde comme une graine de pluie

tombée du ciel entre nos lèvres.

 

 

 

"azur":

Ce n'est pas le bleu du ciel que je vois en premier

mais la paix et la lumière.

La sérénité d'un ciel,

savourant sa nage nue dans un lac de rayons,

comme une belle fille tranquille

qui a jeté au loin sa robe de coton blanc.

 

 

 

"mousse":

Un concentré d'images douces et onctueuses,

dans lesquelles se lover

comme sur une pierre chaude:

 

manteau de jade d'une forêt

où s'allonger à la veilleuse des rayons de l'automne;

 

cuillère de chocolat mousseux

à déguster les yeux brillants,

comme un délicieux prétexte

pour lutter contre le froid de l'hiver;

 

bain aux arômes de fleurs,

d'où guetter frileusement

l'arrivée du printemps;

 

gorgées de soleil et d'été

que l'on savoure en terrasse

dans le silence étoilé du rire de ses amis.

 

 

 

"ocre":

Un son argileux qui s'effrite dans la bouche

comme une poignée de terre à la rousseur de cassonnade.

Exhalaisons soudaines de ces pays lointains

où le vent du désert a un goût de sucre et de safran.

 

 

 

"libellule":

Un mot plein d'ailes, 

 qui papillonne entre les dents

comme un insecte pris au piège

cherchant fébrilement à s'envoler.

 

 

 

"térébenthine":

Quatre syllabes mises en fioles

qui écartèlent leurs parfums  entre mangue mûre et flacons de peinture.

Odeur de palette en sommeil, de couleurs à la peau qui se craquelle,

Saveur de terres bridées où la chair des fruits invite à la morsure

et libère un sang jaune

  au goût d'essence et de soleil.

 

 

 

"mascara":

Un nom mystérieux aux accents de pays lointain :

celui d'un complice aux yeux noirs,

qui sussure à l'oreille des femmes

que dans le regard, tout est affaire de cils.

 

 

 

"clef":

Avec un "f",

 pour pouvoir fermer le mot à double boucle

et lui donner un bel éclat de bijou forgé. 

 

 

 

"livre":

Une première lettre en forme de voile,

comme une invitation au voyage,

la promesse d'une petite fugue,

où nous montera à la tête

un mélange grisant d'ivresse et liberté.

 

 

 

"braise":

Un baiser caché sous la cendre

que le feu dissimule en emmêlant ses lettres

dans l'embrassement des branches.

 

 

 

"amour":

Le dire, c'est déjà tendre les lèvres,

inviter à embrasser du bout de l'âme

pour récolter ce que l'on s'aime.

 

 

 

"cœur":

Un mot en forme de rosette,

pour nous dire l'importance de nous relier.

Se broder les uns aux autres

et sentir palpiter entre les fils

le murmure entrelacé de  chœurs à l'unisson.

 

 

 

"chamade":

Quand le coeur se débat sous le soleil d'une présence

jusqu'à se fendiller en nuées de phallènes,

prêtes à se brûler les ailes pour rester au contact de la lumière.

 

 

 

"illuminée":

Tu es le il de ma vie,

celui par qui j'ai le sentiment

de naître tous les jours sous la lumière.

 

 

 

  "désespérance":

Parce qu'égarée entre le désespoir et l'errance,

tout au bout d'un long chemin de lettres escarpées,

j'entends toujours le souffle chaud et entêté

de l'espérance.

 

 

 

"bienveillance":

Un mot pétri dans la lumière, 

tressé avec des brins de brillance et des lueurs de veilleuse.

Comme une poignée d'étincelles vives,

jetées dans la nuit pour attiser le ciel.

 

 

 

  "s'embellir":

Sur le marché des mots,

je vole le verbe "grandir" et le remplace par celui-ci.

Sans états d'âme je troque

nos rêves de grandeur et de grandiloquence

contre la culture patiente des minuscules êtres que nous sommes.

Qu'à défaut d'être grandes,

nous nous obstinions à devenir de belles personnes.

 

 

 

"miracle":

Une fausse énigme

qui cache maladroitement sa clé dans les lettres qui la composent :

mire,

ouvre grands les yeux,

et savoure jusqu'à l'étourdissement

chaque bouchée de miracle qui s'offre à toi.

 

 

 

"vie":

Un bruit clair et lumineux

aussi vif et bref que trois petits points de suspension.

Y sauter comme un enfant sur des pierres,

pour éviter les rivières profondes

et pimenter la beauté du chemin.

 

 

 

"merveille":

Neuf lettres qui ravivent à nos oreilles tout le brillant du monde :

une fenêtre qui s'ouvre sur la mer,

des rêves qui s'enchevêtrent avec des rives,

la vie, tout en désordre, précieusement sertie au coeur de toute chose,

 une rime de soleil et la vision d'une île,

et puis cet ordre, doux et impérieux,

de toujours,

toujours rester en éveil.

 

 

 

"bonheur":

Je collectionne les bonheurs comme on ramasse de petits coquillages.

Chinant sous le sable et la poussière,

rejetant au loin les cailloux tranchants,

époussetant la timide merveille, si extraordinairement ordinaire.

La cueillette aux trésors commence de bonne heure, chaque matin.

 

 

 

"poésie":

Je file et désenfile ses lettres à l'infini

pour en faire le bijou que je souhaite porter.

Un talisman de prose lumineuse,

pour poser la beauté du monde sur le papier,

  le goût de la vie au détour de chaque mot.

Une amulette que je frotte de toutes mes flammes,

pour oser la lumière quand les ombres guettent;

un porte-bonheur que je noue à mon poignet

comme un art de vivre heureuse.

 

 

 

 

 

 

Partager cette page

Repost 0
Published by